Amnesty appelle à abondonner les poursuites contre le journal The Fiji Times

Amnesty appelle à abondonner les poursuites contre le journal The Fiji Times

Les autorités fidjiennes doivent immédiatement abandonner les poursuites pour sédition motivées par des considérations politiques contre The Fiji Times, a déclaré Amnesty International .
article image

Les autorités fidjiennes doivent immédiatement abandonner les poursuites pour sédition motivées par des considérations politiques contre l’organe de presse The Fiji Times, a déclaré Amnesty International lundi 27 mars.

« En poursuivant The Fiji Times pour sédition, les autorités fidjiennes emploient une tactique grossière afin d’intimider et réduire au silence l’un des rares médias indépendants encore en activité dans le pays », a déclaré Josef Benedict, directeur adjoint pour l’Asie du Sud-Est et le Pacifique à Amnesty International.

« Les journalistes et les organes de presse doivent être autorisés à faire leur travail légitime librement sans craindre des représailles. Les années sombres du pays, lorsque les censeurs officiels arpentaient les salles de presse fidjiennes, indiquant ce qui pouvait ou ne pouvait pas être imprimé, doivent rester dans le passé. »

Le parquet fidjien a modifié vendredi 24 mars les chefs d’accusation dans une affaire en cours contre The Fiji Times Limited pour l’inculper de sédition, faisant ainsi encourir au propriétaire de l’organe de presse Hank Arts, aux rédacteurs en chef Fred Wesley et Anare Ravula, ainsi qu'à l'auteur d’un courrier jusqu’à sept ans d’emprisonnement. S’ils étaient incarcérés, Amnesty International les considérerait comme des prisonniers d’opinion.

L’inculpation de sédition sera examinée par la justice mardi 28 mars, à Suva, la capitale fidjienne.

The Fiji Times Limited est l’un des plus anciens organes de presse du monde. Il publie le quotidien en langue anglaise The Fiji Times, fondé en 1869, et l’hebdomadaire en langue fidjienne Nai Lalakai.

Le parquet poursuivait initialement The Fiji Times Limited en justice pour incitation à l’« antagonisme communautaire » en réaction à la publication d’un courrier de lecteur dans l’hebdomadaire en langue fidjienne du groupe Nai Lalakai le 27 avril 2016.

 

All rights reserved, Doha Centre for Media Freedom 2017

Designed and developed by Media Plus Jordan