Une équipe de la BBC agressée en Chine

Une équipe de la BBC agressée en Chine

Une équipe de la BBC a été agressée alors qu'elle prévoyait de couvrir le voyage à Pékin d'une femme tentant de porter plainte contre les autorités.
article image

Une équipe de la BBC a été agressée alors qu'elle prévoyait de couvrir le voyage à Pékin d'une femme tentant de porter plainte contre les autorités, a dénoncé vendredi le Club des correspondants étrangers en Chine.

Une vidéo diffusée sur le site du groupe audiovisuel britannique montre l'équipe prise à partie physiquement cette semaine dans un village de la province du Hunan (centre) "par des voyous (à la solde) des autorités locales" qui ont cassé leur équipement vidéo. 

Selon le journaliste John Sudworth, les mêmes hommes, en présence de policiers en uniformes et de fonctionnaires locaux, ont ensuite obligé l'équipe à signer "des aveux" et "des excuses" sous la menace de nouvelles violences.

"Cette tentative violente d'empêcher la collecte d'information est une grossière violation des propres règles du gouvernement chinois, qui autorisent expressément les correspondants étrangers à interroger quiconque accepte d'être interviewé", a dénoncé dans un communiqué le Club des correspondants étrangers.

L'équipe de la BBC avait prévu de se rendre dans le village de Xindu afin de rencontrer une femme dont le père a été tué alors qu'il protestait contre la confiscation de ses terres.

Cette femme comptait se rendre à Pékin afin de porter plainte devant le bureau des pétitions à l'occasion de la session annuelle de l'Assemblée nationale populaire (ANP), la chambre d'enregistrement des décisions du régime communiste, selon le reportage de la BBC Pour le Club des correspondants étrangers, "il est inquiétant de constater que harcèlements et interpellations restent monnaie courante en Chine, de même que les interrogatoires visant les sources".

Selon une enquête du Club effectuée à la fin de l'an dernier, pas moins de 57% des correspondants étrangers ont affirmé avoir été victimes d'ingérences des autorités, de harcèlement ou de violences alors qu'ils tentaient de faire leur travail de reportage en Chine

 

 

All rights reserved, Doha Centre for Media Freedom 2013

Designed and developed by Media Plus Jordan