Mauritanie : le blogueur accusé de « mécréance » gracié

Mauritanie : le blogueur accusé de « mécréance » gracié

Le blogueur mauritanien Mohamed Cheikh Ould Mkheitir condamné à mort en 2014 pour un billet jugé blasphématoire a été finalement relaxé .
article image

 

Mohamed Cheikh Ould Mkheitir blogueur mauritanien a été condamné à mort en 2014 pour un billet jugé blasphématoire publié sur son blog. Après plusieurs péripéties, Il a été finalement relaxé le 9 novembre 2017.

Sa peine de deux ans déjà purgée, il devra payer uniquement son amende qui s’élève à 150 euros.

En détention depuis janvier 2014 pour un article sur internet taxé de blasphème envers le prophète de l'islam. Le parquet général souligne que "le pouvoir judiciaire est la seule autorité compétente pour trancher juridiquement les affaires portées devant la justice", même si l'annonce du verdict jeudi a été couverte par le brouhaha de partisans d'une nouvelle condamnation à mort.

Le jeune homme avait été reconnu coupable d'apostasie et condamné à mort le 24 décembre 2014 par la Cour criminelle de Nouadhibou. Le 21 avril 2016, la Cour d'appel de Nouadhibou avait confirmé la peine de mort mais en requalifiant les faits en "mécréance", une accusation moins lourde prenant en compte le repentir de l'accusé, puis renvoyé son dossier devant la Cour suprême. Celle-ci avait ordonné un nouveau procès devant une Cour d'appel autrement composée.

La peine capitale n'a plus été appliquée en Mauritanie depuis 1987. Cette affaire est le premier cas de condamnation à mort pour apostasie dans le pays. Elle a soulevé une vague d'inquiétude des organisations de défense des droits de l'Homme.

All rights reserved, Doha Centre for Media Freedom 2017

Designed and developed by Media Plus Jordan